L’eau et l’assainissement

Les bailleurs (=sponsors externes) financent 80 % du budget béninois annuel du secteur de l’eau !

La gestion d’approvisionnement en eau potable, a été réorientée vers un service public :

  • Coordonné par la commune ; développement de sa propre stratégie sur l’assainissement
  • Transfer du pouvoir central aux communes du mandat et du financement est lent
  • Les capacités techniques, de logistique ou du personnel sont limitées.

La plupart de la population a accès à l’eau potable, mais:

  • Beaucoup de points d’eau sont contaminés
  • Beaucoup des exploitants sont privés
  • La gestion est progressivement déléguée à des individus
  • La population peine à payer les coûts réels du service de l’eau.
  • Exploitation d’un point d’eau en milieu rural n’est commercialement pas intéressante

50% des ménages ont accès à des latrines, publiques et scolaires,

  • Seulement 8% a accès à une toilette privée ou latrine.
  • En milieu rural, le % est encore plus faible et la gestion de ces installations encore plus médiocre.

Les maladies hydriques ou dont le vecteur est lié à l’eau (comme le paludisme) constituent la première cause de mortalité au Bénin et entrainent un taux élevé de mortalité infantile.