Christine SERO – A chaque femme son bananier

Agée de 35 ans, je suis SERO Christine mariée et mère de 4 enfants et j’habite dans le village de Korobororou. J’ai toujours aidé ma grande mère dans le ménage et les travaux champêtres Raison pour laquelle j’aime ces travaux. Je fais également les repas que je vends aux écoliers de mon village. J’ai connu la Fondation il y a bientôt un an grâce au projet «chaque femme un pied de banane» et mon résultat le voici en photo.

En tant que femme agricultrice et grâce à l’appui de la Fondation, j’ai eu la chance d’acquérir des rejets de bananes que j’ai installés derrière ma douche. Grâce aux conseils du Technicien Agronome, j’ai aussi installé un jardin en carré dans la maison pour aider mon mari d’une part dans les dépenses et pour améliorer notre alimentation d’autre part.

Je produis dans ce jardin un peu de tomates et du piment vert mais principalement de l’amarante.

Après les différentes formations que j’ai reçues sur les vertus et l’entretien de la banane, je me suis bien occupée des rejets que je reçus de la Fondation ce qui m’a permis d’obtenir deux beaux régimes d’environ 40 kg. A la maturité des fruits, j’ai invité les enfants de ma maison pour leur faire bénéficier des vertus de ces fruits et attirer l’attention de leurs parents à faire comme moi.

Grâce au résultat obtenu, je veux maintenant élargir la production de bananes dans mon exploitation car cela me permettra d’améliorer l’alimentation de ma petite famille et de faire face aux besoins financiers dans le foyer.

Je remercie la Fondation d’avoir initié ce projet spécialement pour nous les femmes et je les encourage dans la suite de leurs actions pour toucher toutes les femmes. Je leur demande également de penser à nous former pour la transformation de ce produit car dès que toutes les femmes produiront nous ne pourrons pas tout vendre. Il faudra donc faire des transformations.

Vive le projet banane au Bénin,
vive la Fondation Hubi et Vinciane,
vive la bonne nutrition dans les familles béninoises.

Je vous remercie.

 

Jan Maryssael