Des bananes pour chaque femme

Projet Bananas – « Pour chaque femme un bananier PCF1B »

Le projet s’inscrit dans du programme central « Lutte contre la malnutrition ».

Les bananes contiennent de la vitamine A et du calcium, deux éléménts importants pour une nouuriture équilibrée. Mais ce fruit est très peu produit et peu consommé.

Le manque de calcium et de vitamine A dans la région du Borgou est explicitement mentionné dans un rapport d’UNICEF. Ce rapport montre que jusqu’à 50% des enfants béninois souffrent de malnutrition chronique ; ce qui les rend faibles et vulnérables.

Un deuxième objectif de ce projet est l’amélioration de l’autonomie financière des femmes (voir rapport ONU:> 75% des femmes béninoises restent financièrement dépendantes de leur mari, donc faibles et vulnérables).

L’inégalité a son origine dans la pauvreté et l’injustice, en particulier dans les zones rurales du Bénin.

Les femmes sont le principal groupe cible de ce projet, qui va mener à une autonomisation accrue des femmes. En enseignant la transformation d’un produit de base comme les bananes en produits dérivés comme les chips et la farine, le revenu des femmes peut augmenter, renforçant ainsi leur position.

Description du projet:

Les deux animateurs béninois responsable pour le domaine de l’agriculture de la Fondation ainsi que quatre stagiaires garantissent un bon encadrement et suivi du programme de formation.

En tout, plus de 10 000 boutures de bananes seront distribuées.

Les femmes et les jeunes suivent les cours de formation concernant la culture de la banane, avec des conseils techniques sur la culture, la plantation, la fertilisation et les soins. Ensuite, ils plantent les boutures de bananes dans leur propre village.

Après la récolte, ils fabriquent des produits dérivés tels que des chips de banane et de la farine. Ils en utilisent une partie eux-mêmes et ils peuvent aussi vendre une autre partie sur le marché local. Il y a des formations spécifiques sur la gestion budgétaire et la vente.

La ferme de formation SOKOUNON est un partenaire important . Elle a agrandi sa bananeraie et fournit chaque année une grande quantité de boutures. En collaboration avec les agronomes de la Fondation et des experts locaux, le Centre Sokounon organise les formations et sert de site de démonstration. De petits jardins de bananiers seront créés.

Un deuxième partenaire est les écoles qui font partie du programme éducatif de la Fondation et les 2 hôpitaux partenaires . Dans les potagers des écoles et des hôpitaux, les agronomes de la Fondation donnent des conseils techniques sur la plantation, la fertilisation et l’entretien. La création des jardins est réalisée par le personnel, la famille des patients et les écoliers.

En outre, il est prévu que:

  • Le personnel scolaire explique l’utilité des bananes dans les cours de nutrition;
  • Les personnes concernées dans les hôpitaux, les services de pédiatrie et d’assistance sociale, donnent une formation sur les Bananes dans le cadre du traitement préventif de la malnutrition.

Dans une deuxième phase, le programme sera également introduit au CAMFP, le centre d’éducation des femmes de la seconde chance. Avec l’assistance des agronomes de la Fondation, le personnel et les journaliers créeront une bananeraie sur le site de ce centre où une formation sera ensuite donnée aux organisations de filles et de femmes.

En 2019 un total de 7000 boutures ont été distribuées et plus de 5000 participants ont suivi la formation et reçu assistance à domicile dans les villages.

De petites bananeraies ont déjà été crées dans plus de quinze écoles, et depuis 2018 les deux hôpitaux partenaires ont une vingtaine de bananiers dans leur jardin.

Stad Leuven

Pour la réalisation du projet « Des bananes pour chaque femme« , la Fondation a reçu une subvention de fonctionnement de 72 325 euros de la Ville de Louvain, répartie sur une période de trois ans (de juillet 2017 à juin 2020).

En collaboration avec le professeur expert en culture de bananes Rony Swennen, KU Leuven