La pandémie de COVID-19 : le Bénin est sur la sellette

Le Bénin comme plusieurs autres pays du monde, fait face à la pandémie de coronavirus qui a déjà fait de nombreuses victimes sur la planète terre. Le lundi 16 mars 2020, le Bénin a enregistré son premier cas confirmé de coronavirus. À la date de 17 mai 2020, on y compte déjà 339 cas confirmés, 254 sous traitement, 83 cas guéris et 02 décès.

Face à cette crise sanitaire, plusieurs dispositions ont été prises pour limiter la propagation du virus. Le lavage systématique des mains à l’eau et au savon ou l’utilisation des gels hydro alcooliques, la distanciation sociale d’au moins un mètre, le port systématique des masques sont autant de mesures barrières mises en vigueur au Bénin. De plus, un cordon sanitaire a été installé au tour des communes et les zones les plus touchées pendant 6 semaines; les lieux de culte, des discothèques, des bars, des plages et d’autres lieux de réjouissance sont fermés sur toute l’étendue du territoire national.

Le système éducatif quant à lui, a connu un prolongement des congés de pâques, du 30 mars au 10 mai 2020. Les activités scolaires ont repris le 11 mai 2020, mais a concerné uniquement les écoliers de CM2 pour le cours primaires. A l’issue de cette reprise force est de constater que le respect des mesures barrières ne fait pas encore l’unanimité dans toutes les écoles et collèges.

Ainsi, la Fondation Hubi & Vinciane a décidé de renforcer ses actions en hygiène et assainissement dans les écoles et collèges partenaires. Elle procède au renforcement des dispositifs traditionnels de lavage de mains (Tippy Tap) qui sont très pratique, facile à réaliser et qui ont fait preuve d’une action pérenne. Ces dispositifs seront réalisés également dans les ménages et s’accompagneront des séances de sensibilisation pour un bon usage.

En effet la crise du corona associée à la crise économique et ses corolaires fragilisent davantage les populations de la basse classe qui se battaient déjà contre plusieurs maladies au Bénin (malnutrition, maladies hydro-fécales, le paludisme, etc.).

Ayant un pouvoir d’achat de plus en plus maigre, elles sont livrées à une sous-alimentation mais aussi, elles n’ont pas les moyens pour s’offrir les conditions nécessaires pouvant leur permettre d’observer les mesures barrières.

Ainsi la pandémie du coronavirus constitue un cercle vicieux qui expose de façon permanente la race humaine à une mortalité élevée dans les pays en voie de développement comme le Bénin. Sauvons donc des vies au Bénin en renforcent le lavage de main